header banner
Default

Des villes de la région ont arrêté de diffuser des publicités sur Facebook


Table of Contents

De plus en plus de Villes décident de suspendre toutes leurs publicités payantes sur les plateformes du géant du web Meta. Le mouvement s’est même répandu ici, en Mauricie et au Centre-du-Québec. Trois-Rivières, Shawinigan, Nicolet et Drummondville ont annoncé ces derniers jours qu'elles suspendent toute publicité sur Facebook et sur Instagram.

Bien que ces mesures ne soient pas prises de manière concertée, elles sont toutes guidées par le même principe : la solidarité avec les médias.

C’est ce dont les différentes Villes témoignent dans leurs communications pour annoncer cette décision.

À lire aussi :

VIDEO: Comment cibler les clients de vos concurrents en publicité Facebook et Instagram (2023)
Joshua Mattei

Dans un communiqué, la Ville de Shawinigan affirme en effet qu'elle veut suivre le mouvement de plusieurs villes québécoises et de grandes entreprises de presse.

Notre geste en est un de solidarité envers nos médias locaux, qui sont importants pour nous et pour la communauté. Plus les gens participeront au mouvement, plus le message sera clair pour Meta.

Idem à Nicolet et à Drummondville. La mairesse de Drummondville en a d’ailleurs fait l’annonce au moyen d'un message sur Facebook.

Sébastien Turgeon, directeur des communications et de la participation citoyenne de Nicolet, explique qu’il s’agit avant tout d’une question de principe parce que le montant alloué par la Ville aux publicités payantes est minime, soit 600 $ par année environ. Toutefois, M. Turgeon explique que 30 % de la population de cette municipalité consomme de l’information au moyen de ces plateformes et qu’il est donc important que l'actualité qui y figure soit crédible et surtout locale.

Même si c’est une bataille de David contre Goliath, on s'entend tous là-dessus : il faut quand même passer un message et, pour nous, c’est très important.

À Nicolet, la publicité payante servait majoritairement à annoncer des emplois vacants et à promouvoir des activités organisées par la Ville.

À Trois-Rivières, le budget alloué aux publicités payantes était plus substantiel au cours des dernières années, soit de 3000 $ à 5000 $, révèle Simon Vadnais, coordonnateur principal aux communications, en entrevue avec Le Nouvelliste. Il s'agit tout de même d'un petit pourcentage du budget de la Ville, ce qui démontre à nouveau que ce geste est davantage symbolique.

Ces villes emboîtent le pas à Montréal, à Longueuil, à Laval et à Québec ainsi qu’à plusieurs entreprises qui ont elles aussi décidé de mettre fin à l’achat de publicités sur Facebook. Le gouvernement fédéral a également annoncé l'arrêt d'achat de publicités sur Instagram et Facebook, alors que l'Ontario a pour sa part annoncé qu'il va continuer.

Ces événements surviennent après que le gouvernement fédéral eut adopté le projet de loi C-18, le 22 juin. Celui-ci vise à faire en sorte que les géants du web tels que Meta et Google indemnisent les médias d’information pour le partage de leur contenu sur leur plateforme.

Sources


Article information

Author: Amy Hale

Last Updated: 1703616242

Views: 970

Rating: 4.5 / 5 (101 voted)

Reviews: 87% of readers found this page helpful

Author information

Name: Amy Hale

Birthday: 1945-11-27

Address: 806 Richards Avenue, Lake Carlamouth, TX 25609

Phone: +3726895183237151

Job: Data Analyst

Hobby: Card Games, Web Development, Woodworking, Sailing, Motorcycling, Table Tennis, Painting

Introduction: My name is Amy Hale, I am a Colorful, skilled, risk-taking, ingenious, unguarded, capable, esteemed person who loves writing and wants to share my knowledge and understanding with you.